Intrigue et suspense

Intrigue et suspense
L’intrigue
Mise en place de l’action,dès que l’élément perturbateur est intervenu, en faisant intervenir des événements, obstacles venat l’entraver.

Imaginer 

*un conflit qui constituera le coeur de l’intrigue
* une tension qui entraineront votre Héros dans la série de péripéties qu’il va vivre

Intégrer du suspense> Le lecteur craint pour la vie du Héros

Conséquence du pb si le Héros ne le résout pas
Climax

Intégrer des surprises sur
la forme: focalisation/rythme/genre…)
le fond: intensité dramatique, dénouement, pers. , chute de l’intrigue 

Suspense:  
Accrocher le lecteur dès les premières lignes : il ne doit pas lâcher le livre
Pas de coïncidences.

Avoir une idée de la fin avant de s’attaquer au milieu.
Adhésion> Emotion> Transfert
Le couple suspense/curiosité accentue la tension. Il faut de l’émotion (peur ou désir)

Pour Hitchcock: Créer l’émotion et la préserver
« Gardez les lecteurs sur le bord de la falaise » J.K. Rowling 
Créer un manque, un désir> relâche + récompense
Ne pas donner à l’autre ce qu’il demande (imprévus)

Accroitre la tension narrative et augmenter son impact
Etirer le temps (jouer avec, repousser l’inéluctable, dilater l’action)

Donner une info aux lecteurs que les personnes de l’histoire ne connaissent pas encore

Tension qui tient en haleine 
> Ménager le suspense. Maintenir le lecteur en haleine 
*Gérer la tension en donnant de petites infos, en évitant la limite du « foutage de gueule »(Hitchcock) :
Frustration> gestion> foutage de gueule> récompense (cf fiche)

*Plus les conflits sont complexes, plus les intérêts des pers. opposés, plus la situation est tendue

*Approcher les pbs à partir d’une nouvelle direction 

*Emmener le lecteur sur plusieurs pistes 

*Rebondissements> Surprendre le lecteur
Faire basculer l’intrigue (jouer avec le lecteur, le surprendre, jouer avec les émotions)
Succession d’événements négatifs, tension dramatique, Crise et défis qui font faire progresser le Héros.

Les personnes aussi vont tordre le déroulement du roman
> Traits de caractère

> Employer le point de vue du protagoniste

Si une personne sympa fouille une pièce, on double l’émotion du spectateur

Plus réussi est le méchant, plus le film sera réussi.
> « Un méchant doit être fascinant, dangereux, séduisant, terrifiant » Hitchcock

Belles scènes : 
Coups de théâtre inattendus: « Mais qu’est-ce qui va arriver à la scène? »
Révélations extraordinaires
> Ce qui va amuser

Scène d’action, de combat, duel et suspense
La progression des scènes et séquences accélère le mouvement et nous dirige vers des points cuminants (climax). Ces instants précèdant l’affrontement ne doivent être ni courts, ni explosifs, ni traités à la légère. Ils doivent respirer. Le rythme se ralentit.

Etirer le temps du jeu. Le lecteur retient son souffle, se demande ce qui va se passer.
Ensuite le déroulement peut venir très vite et on peut clore avec un combat final.
Bâtir un combat mémorable, une scène d’action comme une chorégraphie où chaque élément see choisit pour augmenter la charge émotionnelle: vaincra-t-il? et l’impact visuel

*Allier variété dans les mouvements, progression dans l’intensité, mais aussi beauté esthétique (Tigre et Dragon)


*Scène ponstuée de tempss forts (changement de comportement, action/ réaction) va crescendo.

> Le rythme s’accélère. Tout converge pour se renverser vers un point final (mort de l’adversaire, retournement de situation majeure)
> Affrontement qui évolue avec charges émotionnelles (« Je suis ton père » Dark Vador)
Ce duel condense des éléménets d’importances marquants: une main coupée, une révélation, le saut suicide de Luke dans le vide.


Ecrire un chapitre comme une nouvelle avant une ouverture à la fin après le développement

Désir de lire le chapitre suivant> Suspense
Chaque chapitre= mini intrigue
Fin du chapitre :

semer un doute
poser une q°
faire une promesse
soigner la chute > interrogation, rebondissements

La lecture se fera par à coups, chaque q° aura sa réponse.


Travailler le rythme : Rendre un récit dynamique
Alterner moments douloureux avec des moments plus légers (tps de répis pour le Héros)
Alterner scènes d’action et dialogues

Coupure pour accélérer le rythme
Phrases courtes (15 mots max.) hérissés de verbes forts pour obtenir un temps rapide et augmenter l’effet scénique qui doit être expressif.

Privilégier les mots brefs, imagés et les métaphores pour donner à voir et à sentir.
Chercher l’équilibre entre:
* ce que le Héros réussit et qui le rapproche de son but
* ce qu’il est obligé d’abandonner (façon de penser, agir, biens)
* les échecs du Héros qui entretiendront le suspense


Sentiment d’excitation, d’incertitude que l’intrigue et le rythme déroulent. 
L’auteur soit toujours à quel moment accélérer, freiner
> Comment doser ces coups de frein, ces accélérateurs , dans le cadre du rythme de fond qui reste constant.

Déterminer les scènes décrites en détails et celles résumées en quelques lignes

Emotions par images, métaphores, sonorités et rythme

! Descriptions détaillées
> Elle doit finir dans l’imagination du lecteur (Stephen King)

La beauté des images, mouvements, effets, tout doit être soumis et sacrifié à l’action.
Montrer l’action dans sa description concrète et en mouvement (gestes, décor, 5 sens)


STYLE > Maîtriser l’arsenal stylistique
amer, vif, indigné, provocateur…
cocasse, tendre, pathétique

vif, enlevé
humour

conteur
réaliste, visant le fantastique, le mystère
narratif
documenté


Soigner les dialogues  > 50% roman

Intro l’info dans les dialogues. Procéder avec grâce
Monologues ralentissent le récit
Les pensées encadrent le récit ou des épisodes de celui-ci en ouverture ou fermeture du roman
Choisir le style direct
User du passé simple ou présent
Rendre un discours oralisé expressif en phase avec le registre de l’émotion

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :